Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les vendredis du vin - vins de copains

Publié le par Valérie

Honteuse d'avoir manqué le précédent rendez-vous des vendredis du vin sur les demi-secs (mais c'était pour la bonne cause puisque j'étais en tournée de lancement de la commercialisation des premiers flacons des Trois Petiotes...), il fallait tout de même trouver un peu de temps pour participer à l'édition de ce moi-ci.

Petite info pour nos lecteurs-amis pas du tout au courant et qui se disent "mais c'est quoi donc les vendredis du vin? ", allez voir là : link

 

Bref, avec Denis, entre deux séances de permis de tracteur et d'épamprage, nous nous demandions quel vin choisir pour cette dégustation. La chaleur aidant, nous rêvions d'une réunion amicale nocturne sur la terrasse, histoire d'oublier la fatigue des longues journées sous le soleil à faire marcher nos glandes sudoripares... et nous avons finalement jeté notre dévolu sur un rosé de copains : il nous avait été offert par un copain, on pourrait le boire entre copains, sur des plats réalisés par des copains, avec des matières premières produites par des copains... sympathique programme... et effectivement :

 

Touraine 2009 de François Chidaine à Montlouis - Grolleau Pinot Noir link

 

           015  018

 

Cette dégustation était une première pour nous qui n'avions encore jamais eu l'occasion de goûter aux réalisation de M. Chidaine, vigneron en biodynamie.

 

Pour l'accompagner, nous avions opté pour une assiette de mini-plats d'été qui partaient un peu dans tous les sens mais qui nous permettraient de goûter les associations sur plein de saveurs différentes : velouté d'asperges , melon et petites pommes de terres rattes de notre copain Philippe du marché des Capucins, salade fraîchement cueillie dans le potager bio de mamy, merguez faites avec le boeuf de notre copine Maguette, tapenade maison, pain aux noix du marché fermier et fromages de chèvre secs et affinés en provenance directe de notre cousin du chavignolais...

 

          017 019

 

Le rosé était d'une jolie couleur saumon clair et nous aurions pu le prendre pour un vin blanc sur son premier nez de pêche et de pamplemousse, très flatteur. En bouche, un vin comme je les aime, bien net, minéral. Cela fonctionne très bien avec le melon et la tapenade, c'est encore mieux avec les petites rattes et les fromages de chèvre (comme quoi les mariages régionaux, il n'y a rien de tel...).

 

Les verres se re-remplissent et laissent apparaître désormais des arômes de fruits rouges légers. On boit, on salive, on re-boit et on réclame un dessert. Tiens, pourquoi pas un sorbet à la pêche (fait maison bien sûr), et pourquoi pas dans des cornets de gaufrette, comme des enfants, puisque dès le début du repas nous avons eu l'impression de boire une friandise ? Pour le coup, les arômes de pêche de ce rosé reviennent au premier plan pour un mariage fusionnel avec le sorbet.

 

C'est bien un vin de copains, gourmand et joyeux, et qui se laisse boire sur des plats tous simples mais délicieux.

Voir les commentaires

Le MASSEY FERGUSSON, un tracteur d'homme !!!

Publié le par Denis

Cette année, Pierre, un voisin vigneron avec qui nous avons été mis en contact par notre banquier (comme quoi, il y en a des biens ), nous prête son matériel. Cela va nous permettre d'assurer nous même les travaux du sols (tonte, labours,...) ainsi que les traitements.

 

La condition préalable était que j'apprenne à conduire un tracteur. Je n'étais pas trop inquiet mais au fur et à mesure que la journée de prise en main approchait, je sentais quand même la pression monter...

Le jour J, à 17h00, je retrouve Pierre et JC son ouvrier pour un cours théorique (une sorte d'amphicabine, private joke pour un lecteur qui se reconnaîtra...) sur un petit tracteur tout neuf auquel est attelé un gyro-broyeur (sorte de tondeuse). Marche avant, marche arrière, prise de force sur le bouton qu'il faut tirer en arrière, petite vitesse, grande vitesse, pas d'embrayage... Mise en route, et hop c'est parti, suivi par JC qui va me coacher quelques minutes sur les vignes. Tout va bien et hop jusqu'à 21h00, je tourne sans aucun soucis à tous les bouts de rangs et je tonds, je tonds, je tonds.... Pas si dur et même "finger in the nose"...

 

Mon optimisme sera un peu refroidi le lendemain par Pierre (à qui je téléphone pour lui annoncer que je n'ai rien cassé) et qui m'explique que le petit tracteur confié est un "jouet de manège".

 

Quelques jours plus tard, autre rendez-vous, pour le premier traitement. Je pense naïvement que je vais reprendre le "jouet de manège" avec un pulvérisateur. Que nenni, il n'est pas assez puissant et donc je vais prendre le MASSEY FERGUSSON 4x4. Le briefing est plus compliqué, car bizarrement, il y a beaucoup plus de manettes, et rien que l'enclenchement de la prise de force demande de manipuler 3 manettes (dont une ressemblant à frein à main dont la poignée en plastique usée par je ne sais combien d'années d'utilisation vous glisse des doigts ou se bloque à mi-course...). JC finit de me mettre à l'aise en me disant "que le petit tracteur de la dernière fois, c'est comme je dis, un jouet pour les drôles*". Et le pire, il y a un embrayage dont ma cuisse gauche va se souvenir pendant les 3 jours suivants !!!

 

On remplit le pulvé, on dose les produits et zou ! on est parti, toujours suivi de JC. Arrivé dans les vignes, l'alignement dans le premier rang n'est pas de tout repos, mais je finis par y arriver non sans braquer et contre-braquer (je n'envisage pas la marche arrière, car je ne me vois pas reculer avec un attelage...). Un tracteur d'1m10 dans un rang d'1m50 plein de pieds de vignes et de piquets, ça laisse pas beaucoup de marge. On mets en route le pulvé et zou, roule ma poule. Pour l'instant, tout va bien, mais je vois le bout du rang qui approche et je me dis, qu'avec le fossé qui est au bout, tourner et s'aligner 3 rangs plus loin, ça va pas être du gâteau. Et ce fut tout, sauf du gâteau... D'abord, en virant trop serré, j'arrache le piquet de bout de rang... puis, avec de signes des bras, JC m'indique de braquer, de me rapprocher du fossé, de m'éloigner du rang, d'arrêter le pulvé qui continue à pulvériser alors que je ne suis plus dans le rang, de réduire le régime moteur ("non pas avec le pied mais avec l'accélérateur à main !!!" oui, je ne vous avais pas dit, l'accélérateur est une manette que l'on bouge avec la main...). Je me vautre lamentablement, j'ai la cuisse tétanisée par l'embrayage et surtout ce P$£!% de tracteur 4x4 ne braque pas pour un sou. Je décide de m'aligner 3 rangs plus loin en m'éloignant au maximum avant de tourner. J'y arrive et on va donc sauter "une tournée" que l'on fera au retour. JC est tellement stressé pour moi, qu'il va me suivre à pieds pendant 3 heures sous les fines gouttelettes de bouillie bordelaise. Un autre piquet cassé, un fil de palissage arraché, mais finalement, les Malbecs sont traités. On entame les Merlots (qui perdront eux aussi un piquet...) et ensuite on enchaîne par les Cabernets. Je m'aligne, j'augmente le régime et j'enclenche la prise de force à 2 mains, la jambe gauche debout sur l'embrayage (on touche pas au levier de vitesse, car trouver la première relève du miracle...). La pompe du pulvé se met en route et je démarre. Je me fais dépasser par JC qui me fait plein de grands signes. A mon avis, il y a un problème et il va encore falloir que j'appuie sur ce %ù*£&# d'embrayage pour m'arrêter le temps de reprendre les instructions de JC. "Ça crache plus rien !!!" me dit-il. Point mort, régime au minimum, on descend du tracteur et on ouvre le réservoir du pulvé. Enfer et putréfaction, il est vide !!! J'ai atomisé les 250 litres de mélange sur 2 ha alors que c'était largement suffisant pour plus de 3 ha. J'étais tellement stressé qu'au lieu de rouler à 5km/h, j'ai roulé à 3km/h, pas assez vite donc pour qu'il me reste de quoi traiter la dernière parcelle... JC m'explique que l'on va faire le plein et que l'on va revenir. Je lui répond que je suis un peu fatigué, que vu l'état de ma jambe gauche je vais devoir rentrer à la maison à cloche-pieds et qu'en fait, j'en ai ras la casquette !!! On rentre, on nettoie, et zou, gros dodo !

 

Depuis, j'ai appris à dompter la bête (et aussi une autre machine, un VIGNERON 125 qui braque dans un mouchoir de poche) et les autres traitements se sont bien passés. Mais pour moi, le MASSEY FERGUSSON, c'est vraiment un tracteur d'homme !!!

 

 

* En bordeluche "drôle" = "gamin"

Voir les commentaires

And the winners are...

Publié le par Valérie & Denis

Il y a quelque temps, nous vous avions demandé vos avis pour savoir ce qui, selon vous, devait figurer sur une contre- étiquette. Modeste concours dont le prix serait une bouteille du Rosé des Trois Petiotes 2009...

 

Nous avons (avec beaucoup de retard...) désigné le gagnant, ou plutôt les gagnants. Nous avons en effet créé la catégorie des "Professionnels" et des "Amateurs Avertis" qui s'opposaient parfois mais se complétaient souvent.

 

Pour ne pas faire durer plus longtemps le suspens, voici les noms des heureux élus (enfin, on espère qu'ils le seront toujours après la dégustation ) :

 

- Chez les "Professionnels" : Iris...

pour ses conseils nous incitant à la modération textuelle et pour l'idée de mettre l'adresse du blog. En revanche Iris, nous sommes désolés mais devant la pression des "Amateurs Avertis", nous avons succombé aux sempiternels accords mets et vin en espérant qu'ils ne soient pas trop bateau...

 

- Chez les "Amateurs Avertis" : Sébastien et Cécile (les globe-trotteurs)...

pour avoir exprimé un très grand nombre d'idées et avoir confirmé l'importance du lien vers le blog 

 

  Merci aux gagnants de nous contacter par mail pour nous préciser l'adresse où nous pouvons leur expédier la bouteille (en particulier Seb et Cécile, vous êtes à Victoria, Seattle, Honolulu, Papeete ou dans un avion en ce moment ?)

 

On vous livre en prime une photo de l'étiquette qui, vous le verrez, ne comporte pas de contre-étiquette, mais une sous-étiquette !!!

003.JPG

 

 

 

Voir les commentaires

Les journées sont longues...

Publié le par Denis

Je profite de l'absence de Valérie et des filles (en tournée "commerciale" au Luxembourg et dans l'Est, elle vous racontera à son retour...) pour tenter de rattraper le "léger" retard dans les vignes : levé tôt le matin pour enfiler mon costume-cravate pour arriver au bureau à7h15 (y a pas grand monde à cette heure...).Sandwich en 10 minutes le midi (sauf le vendredi, repas à l'Estacade, y a quand même des principes sur lesquels je ne transige pas...) et à 17h00, zou, voiture jusqu'à Tauriac. Et de 17h30 à 21h00, liage des baguettes sur les fils. Il reste les 3/4 de la parcelles de Cabernet à finir, mais les baguettes ne sont pas encore nettoyées !!!  La météo est clémente, et donc les traitements n'ont pas encore commencé. Et heureusement, car cette année, grande nouveauté, c'est nous qui allons traiter tout seuls comme des grands. Comment ? Un gentil voisin, nous prête le matériel, et moi je conduis le tracteur. Premier rendez vous jeudi soir pour apprendre à manier l'engin simplement équipé d'un girobroyeur à l'arrière pour tondre l'herbe (qui comme l'an dernier envahi les rangs...). Puis vendredi, on accroche le pulvérisateur de 400 litres pour une épreuve de maniabilité plus corsée (je crains les "tournières" des Malbecs...). Je vous raconterai en espérant que tout se passe bien.

 

Sinon, demain soir, une autre épreuve : je fais goûter notre 2008 au Syndicat Viticole des Côtes de Bourg. Objectifs : se faire référencer à la boutique des vins du Syndicat et pourvoir représenter l'appellation au cours de 2 événements qui auront lieu à Bordeaux en juin (Le trophée Calliope des Orchestre au Grand Hôtel de Bordeaux et le Symposium des Wine Masters). Là aussi, j'espère que tout se passera bien...

 

En attendant, quelques photos prises dans les vignes

 

048.JPG051.JPG063.JPG069.JPG

Voir les commentaires

Les Trois Petiotes en tournée !

Publié le par Valérie G.

Le Week End du 18 Avril (et les quelques jours qui suivent) nous serons au Luxembourg pour livrer nos premiers clients. Ensuite, direction Belfort-Mulhouse puis le Jura, et pour finir, passage à Beaune. Retour prévu sur Bordeaux le 3 mai.

Avis aux amateurs, nous pouvons vous livrer si vous êtes sur notre route (ou pas trop loin). Il faut juste nous prévenir par mail avant le 15 avril, date de notre départ...

 

A bientôt !!!

 

 

Voir les commentaires

Les bois sont tirés...

Publié le par Denis

Ça y est, ce WE, les derniers bois de taille qui restaient dans les fils palissages ont été tirés et mis au sol. On a du se faire aider, car il restait 2 ha à faire et avec la météo délicate de ce début de printemps et nos emplois du temps chargés, nous n'y serions pas arrivés tous seuls. Du coup, Loic est venu ce WE et avec son équipe, et en 1 journée, tout est terminé.

 

Les piquets cassés ont été sortis des rangs, les fils coupés ou rouillés sont changés, il ne reste plus que quelques amarres de bouts de rangs (qui tiennent les fils) à remplacer (mais Euralis n'a toujours pas reçu la clé spéciale qui permet d'enfoncer ces amarres dans la terre, commande qui date d'il y a 3 semaines quand même...).

 

Ensuite, il faudra finir de nettoyer les baguettes et les lier, mais ça devrait aller vite. Enfin, dernière étape, sortir tout les bois pour les brûler en bout de rang. Y a quand même de quoi s'occuper jusqu'à début mai, date à laquelle démarreront les premiers traitements (avec une nouveauté cette année, mais on reparlera plus tard...).

Voir les commentaires

Un sympathique picnic

Publié le par Denis

Aujourd'hui dimanche, nous avons profité de l'absence des filles (en WE chez leur mamie) pour aller travailler sur les vignes. Au programme : tirage et brûlage des bois sur les malbecs et également nettoyage des baguettes. A midi, nous avons profité des braises toutes chaudes pour se faire griller un magret de canard accompagné de pommes de terre cuites sous la cendre. Un vrai régal...

032.JPG044.JPG036.JPG

Voir les commentaires

Quand tout ne se passe pas tout à fait comme prévu...

Publié le par Denis

Ce vendredi 19 mars nous avions en théorie une journée chargée : Valérie devait me déposer chez Michel à Cadillac en Fronsadais pour récupérer son camion afin d'aller chercher nos 13 barriques d'occasion chez Pierre à Montagne St Emilion (Pendant ce temps elle emmenait les filles chez leur mamie car nous devions partir demain au Luxembourg pour le baptême de Maxime). Voilà, pour la première partie du programme qui devait ensuite se poursuivre avec la dépose des barriques au chai, le rangement des palox de bouteilles, le soutirage des Malbec 2009 et surtout l'entonnage des 50 hl de 2009 encore en cuve.

Premier accroc cette nuit : Alys a attrapé la gastro et a vomi toute les 30 minutes entre minuit et 5 heures du matin... Du coup, Valérie reste la garder à la maison. Je pars donc seul chez Michel pour récupérer le camion. Jusque là tout se passe bien et j'arrive sans soucis à Montagne. On charge les barriques avec Pierre sur le camion, tout en discutant du 2009, des primeurs à venir, de la crise, des nos difficultés respectives,... Et hop, en route vers le chai pour décharger les barriques. J'appréhende un peu, car le plateau du camion est haut et une barrique même vide c'est lourd (surtout les Bossuet). Arrivé au  chai à 11h00, j'emprunte le transpalette du voisin et je commence à déplacer les palox de bouteilles pour faire la place. Dans ma frénésie de rangement, je stocke un palox à l'extérieur, sans remarquer la toute petite marche de 3 cm entre l'intérieur du chai et le gravillonnage extérieur. Et au moment de vouloir rentrer le palox, impossible de faire monter ces %!£& @ *$ de 3 cm aux roues du transpalette. Je pousse, je tire, je sue, je râle, j'essaye avec des cales, sans cale, mais rien à faire... Le palox est toujours dehors en plein milieu du passage et il commence à pleuvoir... Seule solution après reflexion : vider le palox d'une partie de ses 588 bouteilles...pas glop, pas glop comme dirait Pifou... C'est fait au bout trois quarts d'heure et le palox finit pas rentrer à sa place. Il n' y a plus qu'à remettre les bouteilles dans le palox. Il est 14h30 et je me rends compte que, absorbé par ma tâche, je viens de faire quelque chose dont je ne me croyais pas capable : j'ai oublié de manger !!!

J'arrive à décharger les barriques non sans mal et à les mettre en place, mais honnêtement, je n'ai pas le courage ni de soutirer ni d'entonner le 2009. Ce sera pour une autre fois... Voilà comment une journée planifiée comme un véritable projet informatique par un consultant se finit avec même pas le quart de ce que l'on pensait faire (comme un projet informatique en fait !!!). Bref, une journée sans. Ah si, j'ai oublié, une rencontre au hasard sur le bord de la route près de Fronsac : un monsieur (c'est Yannick CHAZAT du Clos Pipaud) avec lequel j'ai discuté 20 minutes au bout des rangs tandis qu'il labourait ses vignes avec son Percheron. Il parait même qu'il traite ses vignes à cheval aussi. On en reparlera car il est prévu que nous allions le voir pour discuter de tout ça.

J'ai juste pris une photo en repartant. Une image rare, mais qui sauve la journée. Ah si, il faut aussi vous dire que les 2009, ils sont bons, très bons...

002.jpg

Voir les commentaires

Chauds les sarments, chauds !

Publié le par Valérie

Feu de joie ce vendredi avec au programme tirage des bois, ébourgeonnage...  et brûlage des sarments et pieds morts pour tenter de limiter la propagation des viroses du bois (jusqu'à présent nous avions broyé les sarments dans les rangs). Nous verrons bien si nous constatons une différence...

En tous cas, cela sent délicieusement bon !

Dommage que nous n'ayons pas eu de saucisses à griller ni de pommes de terre à faire cuire sous la cendre ! Ce sera pour la prochaine fois...

009-copie-1

011

012



Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 > >>