Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Denis et ses états d'âme "prévendangesques"...

Publié le par Denis

Depuis notre parenthèse de fin Août en famille à la Mare Aux Oiseaux, je n'avais pas pu remettre les pieds dans les vignes (reprise du boulot, rentrée scolaire, les activités des filles et peut être un peu de fatigue aussi...).

 

Samedi je me suis donc levé tôt pour profiter du beau temps annoncé. A 7h30, le ciel est en effet bleu mais le mercure dépasse difficilement les 10° sur le plateau de Tauriac. Un vol de grues formant un V parfait se dirige plein sud, confirmant que l'été touche à sa fin. Pour moi c'est parti pour une demi journée d'effeuillage sur les Malbec. Les 2 jours de pluies récentes, leur ont fait du bien en les regonflant un peu et en débloquant la maturation. Ils se goûtent très bien même s'ils sont encore acides que les pépins ne sont pas encore mûrs. Surprise, les Merlots ont regagné leur avance malgré une taille plus tardive. Quant aux Cabernets, beaucoup plus tardifs, ils ne sont pas encore mûrs. Le point commun reste quand même la coulure du printemps qui fait que beaucoup de grains sont restés petits et ne mûrissent pas. Il va y avoir du tri à la vendanges pour éliminer ces petits grains trop acides. En tout cas l'état sanitaire est lui parfait, le Botrytis n'ayant pas encore fait son apparition.

 

On ne veut pas faire de prévision (il reste encore 15 jours avant les premiers coups de ciseaux et tout peut encore arriver...), mais il faut bien commencer à penser à la « stratégie » de nos vendanges : quelles parcelles en premier pour quelle vinification ? Macération longue ou courte ? Fréquence des remontages ? Essaiera-t-on cette année notre égrappoir manuel livré trop tard en 2009 ? Rosé or not rosé ? Bref, plein de questions auxquelles il ne sert quasiment à rien d'avoir la réponse aujourd'hui, car de toute façon rien ne pourra se passer comme prévu (C'est la seule certitude...).

 

Au chai, tout se met en place doucement avant que le temps ne s'accélère subitement à l'approche du dernier WE de septembre, date à laquelle nous sortirons ciseaux et cagettes.

 

A bientôt pour ceux qui nous rejoindront pour cette aventure lancée il y a maintenant 3 ans...

 

sept1

 

sept2

Voir les commentaires

Parenthèse onirique à la Mare aux Oiseaux

Publié le par Valérie

 

Je pense que cela va devenir un rituel de pré-vendanges. Une manière de refaire le plein de sens, de rêve et d'énergie avant cette période de stress et de joies intenses, de jus de raisins frais et de soirées bien au-delà de minuit...

 

1

 

La Mare aux Oiseaux.

 

A peine ce nom s'esquisse-t-il dans mon esprit que je pars en voyage...

Me voici de retour dans cette belle Brière, le soleil dans les yeux et le vent frais dans le cou. Des oiseaux partout, hérons, grues couronnées, aigrettes garzettes, poules nègres soies, avocettes élégantes et perroquet... Cherchez les intrus... il n'y en a pas. Tous se retrouvent ici, sur ces terres de Fédrun, dans le marais ou chez Eric Guérin.

 

3

 

L'auberge a grandi et s'est refait une beauté avec ses immenses baies vitrées qui laissent passer l'inimitable lumière bretonne, ses bardages foncés, sa décoration inspirée. Le nouveau toit végétalisé répond avec énergie au vieux chaume fidèle au poste. Les tables sont toujours aussi belles, les chambres aussi confortables, l'équipe aussi remarquable de gentillesse, d'écoute et d'efficacité... Et la cuisine...

 

2

 

Dieux, je crois que je me suis encore plus régalée que l'année passée!

 

Est-ce dû à la présence, cette fois-ci, de mes deux grandes filles Alys et Léa, qui ont été choyées par toute l'équipe, des serveurs au pâtissier, en passant par le chef en personne ? Est-ce l'ambiance romantique de nos 10 ans de mariage avec toujours autant de nouveaux projets en commun ? Est-ce la joie de retrouver pour un soir nos amis nazériens Max & Valou ? Tout cela a joué, c'est certain, mais la raison principale est bien entendu la cuisine toujours aussi inventive, délicieuse et dépaysante.

 

Voyez plutôt ces expériences auxquelles nous avons succombé  :

 

"Balade en Brière"

 

La Mozzarella comme une pizza dans la Mare, émulsion de Tomate verte Ananas.

La tête en voyage avec une version 2010 de la Paëlla d’Albert (avec son sorbet comme un concentré de saveurs de la paëlla et sa tuile de riz noir... un délice !).

 

Fines feuilles de Vieille, Artichauts en barigoule Bretonne, et céviche de Pêche.

Grosse raviole de Canard confit,
purée de Petits Pois Frais au Wasabi (à mon avis, une révélation pour assaisonner les petits pois!), un nuage de Fleurs d’été (une étonnante émulsion à base de pomme de terre et de pétales de roses...)

 

Taupinière fermière D’Alain Jousseaume marinée HO (tip top), fougasse au Fenouil sauvage.

 

Cœur de Nougat Tomato-Fraise, et Citron.

K-ramel, Sarrasin, Framboises (le petit Jésus en culotte de velours...)

 

 

"Mare aux oiseaux"

 

Melon, Pastèque Ô Basilic, salade de Poulpe et Encornets grillés… 

4

Mi Cuit de Foie gras en Sangria, Tuile apéro, et tout le tralala (oh la la c'est trop bon...)

 

Dos de Sériole en Sashimi*, blinis de Petits Pois frais, Soja hors d’âge, Sésame ô Wasabi (avec un tartare de petit pois crus(je pense) et de wasabi peas, explosif !)

 

 Mac  Champignon des bois au Roquefort ou la maison des Schtroumpfs.

5 

Rose de porcelaine, Pêche, Citron, Verveine et le miel de Brière pour butiner ensemble 

 

 

Les petiotes aussi se sont régalées avec des plats tout aussi "complexes" sur le plan des arômes et des saveurs, des produits exceptionnels (poissons, volailles...) et des desserts "comme les grands" qu'elles ont eu la chance de réaliser avec leur "pâtissier préféré", Rodolphe, généreux pourvoyeur de fraises tagada...

 

6

 

Un petit exemple apprécié par Léa :

 

"Découverte gustative"

 

Dessine-moi un foie gras Ô chocolat

 

Filet de vieille, polenta roquette, jus brioché

 

Soufflé chèvre aux fruits rouges

 

Pour accompagner ces mets, les sommeliers Cyril et Olivier (sans oublier la nouvelle recrue Marina) mettent toujours leur talent au service de leurs  convives qu'ils savent écouter et étonner...

Mes papilles se souviennent encore d'un délicieux  Passetoutgrain de Jean-Louis Trapet  et d'un bel Anjou blanc de Nicolas Réau.

Un très beau souvenir également que cette première fin de soirée à discuter longuement avec Cyril de notre nouvelle vie aventureuse de vignerons débutants. Plein d'émotions et de reconnaissance pour les paroles échangées avec le chef sur nos expériences respectives...

 

De retour à Bordeaux, il va nous falloir choyer le souvenir de ces moments d'exception qui nous donneront sans doute bien du coeur à l'ouvrage en attendant une prochaine visite en Brière.

 

En attendant, une chose est sûre, 'Eric Guérin et son équipe comptent deux nouvelles petites groupies, et ce n'est pas seulement  parce qu'ils sont beaux !

 


Voir les commentaires

Comparaison n'est pas (vé)raison

Publié le par Valérie

Nombre de nos confrères en ont déjà parlé mais nous faisons cette année le même constat : la véraison est en retard par rapport à l'an dernier!

 

Les grappes peinent à changer de couleur et la coloration est loin d'être homogène selon les cépages, et même selon chaque pied. Les Malbecs semblent pour le moment les plus avancés, y compris à la dégustation des baies, alors que les Merlots et Cabernets Francs sont encore très verts et astringents...

 

Certes, rien ne sert de s'inquiéter, et comme le disaient déjà les" philosophes" du XIIIème siècle, "comparaison n'est pas raison"...

 

A ce stade, on se rend également bien compte de la coulure (les minuscules baies non fécondées qui ne vont pas grossir...) qui va nous donner des grappes assez "lâches". Espérons que cela permettra une meilleure circulation de l'air et donc un environnement défavorable au développement du botrytis.

 

Tiens, à défaut de dicton médiéval, j'avais un ancien prof de psycho qui  appelait cela "rationaliser pour se rassurer"...

 

a1

 

a2

Voir les commentaires

"Cow parade" à Bordeaux

Publié le par Valérie & Léa

Ceux qui se sont baladés dans le vieux Bordeaux et sur ses quais auront sûrement découvert de drôles de bêtes à mamelles, relookées par des artistes aquitains, prétextes à mettre un certain "art urbain" à portée de main de tout un chacun...

Les enfants adorent se percher dessus, les adultes flattent leur flanc. Et bien sûr, vigne et vin ont été une source d'inspiration pour certains... On aimeuhhhh !

 

031

 

029

 

035

Voir les commentaires

Effeuillage

Publié le par Denis

Dans un peu moins de 2 mois aurons lieu les vendanges. Il est donc temps pour nous d'effeuiller les vignes, c'est à dire retirer à la main les feuilles qui masquent les grappes, mais uniquement côté soleil levant (à l'est) pour ne pas que le soleil de l'après-midi, trop fort, grille les raisins.

 

En exposant les grappes au soleil et en permettant à l'air de circuler plus facilement, cette opération permet une meilleure maturation des raisins et évite l'installation de maladies sur les grappes (principalement le botrytis). Accessoirement, elle facilitera le travail des vendangeurs (qui sont de nouveau dans toutes nos pensées...)

 

On en profite également pour alléger certains pieds, un peu trop chargés à notre goût. Il ne restera que 8 à 10 grappes maximum par pieds.

 

Si nous en avons le temps (et le courage) nous effeuillerons le côté Ouest quelques jours avant les vendanges, pour faciliter encore plus le travail des vendangeurs...

 

Quelques photos pour montrer tout cela

 

135.JPG      073.JPG

Voir les commentaires

Entomologie chérie...

Publié le par Valérie

Ouh la la, mais cela fait au moins 10 jours que je ne vous ai pas mis de photo d'insecte sur ce blog... Bigre, vous allez croire à une rechute de notre biodiversité locale...

 

Or donc, voici de quoi rattraper en partie cet oubli. Vous me direz que nous ne nous sommes pas fait d'entorse à la première phalange de l'index (cf. le déclencheur de l'appareil photo), car des coccinelles, cette année, il y en a partout, même dans votre jardin... de même que les criquets qui nous cassent les oreilles... mais bon, on ne va pas bouder notre plaisir, ils sont beaux non ?

 

La prochaine fois, on tentera de vous photographier une chrysope... C'est petit, presque transparent, et ça bouge tout le temps...  !

 

q1

 

q2

 

q3

 

q4

Voir les commentaires

Les merlus sont pas morts (contrepèterie vigneronne)

Publié le par Denis

A force de passer des journées tout seul à effeuiller les vignes, forcément, le cerveau de Denis a tendance à se mettre en mode vagabond... Et du coup il lui est venu une contrepèterie qui l'a fait rire tout seul béatement... au milieu d'un rang...

 

Mais la preuve est là en image : ils ne sont pas encore mûrs...

 

091.JPG

Voir les commentaires

Ca sent les vendanges...

Publié le par Denis

Ça y est, la véraison est maintenant bien entamée, en particulier sur les Malbecs que nous avons taillés en premier. Pour les Merlots et les Cabernets, seules quelques graines commencent à changer de couleur. Nous avons finalement fini les relevages mi-juillet et, dans la foulée, le rognage/écimage et la tonte pour donner un aspect un peu plus "carré"  à nos vignes.

 

133.JPG

 

086.JPG

 

Les vendanges se précisent et a priori, on table sur un démarrage à la toute fin du mois de septembre pour une durée de 3 semaines.

 

Pour ceux qui sont libres les weekends, mettez vos agendas à jour !  A noter que si certains d'entre vous peuvent et/ou veulent rester plus longtemps pour partager notre quotidien de vignerons, pas de soucis. On vendangera aussi en semaine en fonction de la dégustation des baies ;-)

Voir les commentaires

Le jeudi, c'est raviolis

Publié le par Valérie

Ravioli, à la fourmi (volante !)...

 

m

 

On peut observer ici que le ravioli ne fait pas grossir. Il permet à Madame l'Araignée de rester svelte et de sculpter ses belles jambes...

 

En revanche, et contrairement à ce qu'on pourrait croire, un excès de crudités peut conduire à l'obésité :

 

o

 

p.jpg

 

Trop gloutonne de feuilles, Mademoiselle Chenille devra attendre encore un peu avant d'ensorceler le badaud avec ses futures ailes de papillon...

 

 

Blague à part, qui se sent une âme d'entomologiste pour m'aider à identifier ces deux magnifiques habitants de nos vignes ?

Voir les commentaires

Le baiser du faucheux

Publié le par Valérie

Vous savez j'adore nos petites bêtes dans les vignes, si si... Celles qui font crr crrr, celles qui font bzz bzz, celles qui rampent, celles qui volent, celles qui sont pleines de pattes, celles aux jolies ailes, les velues, les gluantes, les ventrues, les piquantes.

 

J'aime les prendre en photos. Je fais la maligne devant mes filles en leur disant "n'ayez pas peur, profitez-en pour les observer, elles sont toutes importantes pour la vie dans nos parcelles"...

 

L'un de mes compagnons journaliers de travail est l'ami faucheux, fidèle au poste, dans la fraîcheur du matin comme sous le cagnard du midi, sous le soleil comme sous la pluie. Il est toujours là à me guetter, sur les baguettes ou sur le cèpe, parfois les deux lorsqu'il a fait des bébés. Il y a en a au moins un sur chaque pied.

 

Mais comment lui expliquer que malgré toute la tendresse que je lui porte, je ne suis pas très portée sur les câlins un peu trop rapprochés... C'est un cri de surprise apeurée plutôt qu'un cri de joie qui sort de ma gorge lorsque "Monsieur le Faucheux", d'un bond,  vient m'embrasser sur le nez, l'épaule, le nombril, ou bien encore dans le décolleté...

 

Ah mais ! Reste sur ton piquet !

 

a

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>